26 06 2017

« Et ça tournait… ». Une maquette de la danse du Pilou (Nouvelle Calédonie) au musée de l’Armée

L’exposition France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la Commune, les mémoires présente actuellement au musée de l’Armée une œuvre redécouverte et restaurée lors du récolement des sculptures en 2016. Il s’agit d’une maquette représentant une danse dite du Pilou, originaire de Nouvelle-Calédonie (Inv. 24589).

Le mot pilou semble être issu de philu signifiant, dans l’une des langues de Nouvelle-Calédonie, « danser en tapant des pieds » [1]. Il fait référence à des cérémonies de propitiation kanak, auxquelles chants, incantations et danses participaient de consort. Il existait des petits pilous, destinés à des évènements familiaux ou privés, comme des naissances ou des mariages, et des grands pilous à portée clanique, impliquant l’ensemble de la communauté dans des fêtes à caractère rituel ou politique. Demandant parfois plusieurs années de préparation, et impliquant des milliers de participants, ces cérémonies se déroulent alors sur plusieurs semaines, avec des phases de repos de 3 à 5 jours. Elles se terminent généralement par une danse se formant en rond autour d’un mât cérémoniel : c’est cette danse que les Européens renommeront le pilou, à la façon d’un pars pro toto.

17 501937 225x300 « Et ça tournait… ». Une maquette de la danse du Pilou (Nouvelle Calédonie) au musée de l’Armée

La maquette du musée de l’Armée semble représenter ici cette danse de clôture du pilou : un plateau central est surmonté d’un poteau anthropomorphe autour duquel des danseurs tournent et des musiciennes assises marquent la cadence.

Le poteau central, souvent réalisé dans le bois massif d’un arbre mort, représente le défunt parmi les vivants. Il est selon Maurice Leenhardt le « corps de danse » [2], et n’intervient dans les pilous que lors de cette ultime étape de clôture. Généralement orné de coquillages et de banderoles, il est ici représenté sans ces éléments, peint et anthropomorphe. Il se rapproche formellement des appliques de portes de cases, qui auraient pu inspirer l’artiste ici.

Les protagonistes de la scène ont été modelés à la main en terre crue autour de petits bâtonnets en bois léger, puis peints de couleurs vives. Tous sont ornés de colliers de perles en coquillage blanc et liens de laine rouge, vêtus de jupes en tapa (étoffe d’écorce battue) pour les femmes, et de pagnes-ceintures pour les hommes. Les femmes tiennent dans les mains des battoirs en écorce ou de bambou qui, frappés l’un contre l’autre et couplés à des chants et des sifflements aigus, rythment les pas des danseurs [3]. Ces derniers brandissent des armes de guerre, tout en tournant autour du poteau : il s’agit de massues dites « bec d’oiseau » ou « bec de tortue », et de massues-sagaies dont la partie distale est en forme de losange. Des armes de parade plutôt que de combat, qui indiquent ici la valeur guerrière de la danse effectuée.

17 501928 200x300 « Et ça tournait… ». Une maquette de la danse du Pilou (Nouvelle Calédonie) au musée de l’Armée

 

Deux pièces à la facture et au style proches sont aujourd’hui conservées au musée du Quai Branly – Jacques Chirac [4] montrant des scènes similaires, au nombre de protagonistes et aux choix de représentation toutefois libres. Si elles démontrent la pluralité des danses du pilou, elles permettent également de s’interroger sur l’origine de ces maquettes.

17 501923 200x300 « Et ça tournait… ». Une maquette de la danse du Pilou (Nouvelle Calédonie) au musée de l’Armée

Le registre d’entrée de la maquette du musée de l’Armée en 1982 nous apporte en cela un indice précieux : la donatrice nous informe notamment qu’elle aurait été réalisée par un déporté de la Commune. En effet, de 1872 à 1880, la Nouvelle-Calédonie est un territoire de déportation politique pour le gouvernement français, et plusieurs milliers d’insurgés de la Commune y purgent leur peine. Particulièrement impressionnants, et dotés d’une forte connotation socio-politique, les pilous font partie des scènes ayant marqué l’imaginaire des Européens. Ils seront, de fait, interdits en 1878 par l’administration à la suite de la révolte kanak menée contre l’expropriation de leurs terres la même année. Ceux pratiqués alors en France durant les deux décennies suivantes, bercés par l’image du guerrier cannibale véhiculée dans l’exposition universelle de 1889, seront alors dénués de tout contexte cérémoniel.

Métisse tant par sa facture que par le sujet qu’elle met en lumière, cette maquette constituerait ainsi un rare témoignage visuel d’une danse de clôture de pilou, avant l’interdiction de sa pratique. Probablement créée d’une main européenne, la part de mystère qui l’accompagne subsiste, mais sa redécouverte permet d’ouvrir un regard nouveau sur les collections du musée de l’Armée.

Enora Gault, assistante au département Iconographie

[1] Kanak, L’art est une parole, Musée du Quai Branly, 2013, p.210.
[2] LEENHARDT Maurice, Le pilou, moment culminant de la société, Ed. Grain de Sable, Paris, 1999, p. 65.
[3] AMMANN Raymond, « Le rythme kanak », Cahiers d’ethnomusicologie, 10 | 1997, 237-272.
[4] Inv. 71.1975.126.1.1-15 et 72.2012.0.26.1-16.

Photo © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Pascal Segrette