18 03 2015

Napoléon dessinateur ? Analyse de l’ « Explosion d’un bastion à la porte de Carinthie à Vienne, en 1809 »

L’étude des collections, notamment à l’occasion de projets d’expositions, permet parfois de (re)découvrir certaines œuvres. C’est le cas du dessin que nous vous présentons dans cet article. L’Explosion d’un bastion à la porte de Carinthie à Vienne, en 1809 (inv. 03196) est une œuvre qui suscite de nombreuses interrogations et une enquête suivie a été menée afin qu’elle dévoile ses secrets.
Ce dessin montre une vue en perspective de la destruction des fortifications de Vienne par les troupes napoléoniennes en 1809. Il est possible de le dater de manière plus précise, le 12 mai [1], veille de la victoire française. A l’arrière-plan, l’église Saint-Charles-Borromée et ses deux colonnes historiées se devinent très clairement. Le style de l’œuvre à la fois sec et minutieux est caractéristique du début du XIXe siècle. Le dessin est de bonne facture.

03196 300x219 Napoléon dessinateur ? Analyse de l’ « Explosion d’un bastion à la porte de Carinthie à Vienne, en 1809 »

L’œuvre se distingue par les nombreuses inscriptions manuscrites, au recto et au verso, et notamment la mention « fait par Napoléon Bonaparte en 1809 » ainsi qu’une seconde inscription de la main de madame Zix, veuve du peintre Benjamin Zix (1772-1811), mentionnant que l’empereur a fait parvenir cette esquisse à son mari afin qu’il en réalise un tableau [2].

Les diverses annotations et marques de collectionneurs apposées sur l’œuvre nous permettent de retracer son histoire : elle a été vendue en 1814 au marchand d’estampes Remoissenet, puis acquise en 1816 par le chevalier de Querelles (1765-1845), colonel de l’état-major, attaché à la section historique du Dépôt de la Guerre dont le cachet à la cire rouge figure au verso de l’œuvre. Le dessin a ensuite appartenu, à une date encore indéterminée, au collectionneur Alfred Beurdeley (1847-1919) dont la marque estampée apparaît en bas à droite du dessin [3]. L’œuvre entre ensuite dans les collections du musée en 1924, don d’André Dorival, gendre d’Alfred Beurdeley.

Quelle valeur attribuer aux inscriptions, et particulièrement à celle mentionnant que Napoléon serait lui-même l’auteur de ce dessin ? La signature présumée de l’empereur sur l’œuvre diverge sensiblement de celles présentes sur des documents manuscrits à l’origine indiscutable. Madame Zix mentionne Napoléon comme expéditeur du dessin ; Benjamin Zix en serait-il le véritable auteur ? Toutefois, la présence de l’artiste à Vienne est attestée seulement quinze jours après la date présumée du dessin [4]. A-t-il été fait par un autre artiste présent ce jour-là ? Nous savons, par exemple, que le peintre Adam Albrecht (1786-1862) accompagnait l’armée française à Vienne en 1809. Aurait-il été réalisé par Dominique-Vivant Denon, habile dessinateur et seul véritable lien entre Zix et Napoléon ?

093196 verso 300x216 Napoléon dessinateur ? Analyse de l’ « Explosion d’un bastion à la porte de Carinthie à Vienne, en 1809 »

Ce dessin conserve encore quelques secrets. La qualité de l’œuvre et son histoire riche ont permis de la présenter au public, à Vienne, dans l’exposition relative au Congrès de Vienne qui se déroule du 21 février au 25 juin 2015 au musée du Belvédère [5].

Hélène Boudou-Reuzé, assistante de conservation au Cabinet des dessins, des estampes et de la photographie.

[1] Henry LACHOUQUE, Napoléon et l’Autriche : La campagne de 1809, Edition Copernic, Paris, 1979, p. 115.
[2] « Je soussignée épouse de Mr. B. Zix, artiste peintre, certifie que de Dessein croquis à la plume a été envoyé à mon mari, en Autriche, l’an 1809, tel qu’il est, par l’Empereur Napoléon avec l’ordre de lui faire un tableau D’après ce dessin que j’ai vendu en 1814, à Mr remoissenet, fils, Man. de grav.res et dessins. A Paris le 20 fevrier, 1816 M. L. veuve Zix, née Zeissolffe. Je Déclare ce qui est certifié par Mad. Zix, est veritable. à Paris, le 20 fev.er ».
[3] Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes, Fondation Custodia. L. 421. [http://www.marquesdecollections.fr/detail.cfm/marque/5969 ; consultation en ligne le 12 mars 2015]
[4] Régis J. SPIEGEL, Dominique-Vivant Denon et Benjamin Zix. Témoins et acteurs de l’épopée napoléonienne 1805-1812, l’Harmattan, Paris, 2000, p 129.
[5] Der Wiener Kongress 1814/15, du 20 février 2015 au 21 juin 2015.

Crédits photos : ©Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Anne-Sylvaine Marre-Noël

«